samedi 12 mai 2018

Les Deux Mains dans la Culotte (1980)

Les Deux Mains dans la Culotte est un film de montage interminable de Jean Luret durant pourtant moins d'une heure.
Le fil rouge des scènes ajoutés au lance pierre nous font suivre l'escroquerie que monte un faux émir pour s'approprier la demeure et les femmes (domestique et la femme même) d'un petit bourgeois de la Côte d'Azur.
Ce dernier passe son temps à de saines lecture délasse sa femme et teste les bonniches à tour de queue, elles aussi férues de lecture instructive :

Ça fait envie...
Heureusement, il y a la musique et quelques belles chansons...tenez, je vois que vous insistez :

Aucune raison pour qu'il n'y ait que moi qui souffre.
Quand à l'émir, il s'agit de Paul Bisciglia, doublé comme tout bon fan de Pierre Péchin qui se respecte :

Éreintant.

jeudi 10 mai 2018

Deux grandes Filles dans un Pyjama (1974)

Petite comédie inoffensive qui aurait plus trouvé sa place sur une scène de théâtre que devant une caméra, 2 grandes Filles dans un Pyjama est l'occasion de se délecter de 2 accents d'une jeune suédoise et d'une jeune anglaise récupérée à la sorite de l'aéroport par un français moyen au moment où sa femme doit s'envoler pour l'Ecosse :

Dans la pure tradition du théâtre de boulevard de bas étage, le voisin du rabatteur, bien plus séduisant, sera lourdement impliqué dans la tromperie alors qu'il ne désirait que la paix pour pouvoir travailler.
Nous avons alors droit à quelques plans de fesses ou de nichons pour nous sortir de la torpeur causée par le déroulement en pilote automatique :

Et de temps en temps de l'intervention de Michel Galabru qui fait son sketch habituel,  saupoudré d'un esprit qui flatte le mâle prônant le sens du sacrifice de ces dames :

jusqu'à l'aboutissement du phantasme du petit beauf qui sommeil en chaque spectateur : avoir à portée de main 2 jeunes femmes dévouées.

Tant qu'à faire...

lundi 30 avril 2018

Les Deux Gouines (1975)


Le premier porno de Bénazéraf, enfin pas complètement déluré graphiquement encore mais il attaque avec une charge en règle contre l'hypocrisie des bourgeois bien-pensants lors de la première scène de dîner de notables, on y cite même Zitrone ! :

Puis nous aurons la loi X pour les rassurer...
Un Avocat  amant de la femme d'un de ses amis va se retrouver piégé par la fille du couple en l'amenant à la dépuceler et le menacer de poursuite.
Pour sauver la face, il lui sera proposé de se marier avec la jeune fille fraîchement déflorée.
Le film est assez politique mais surtout trop freudien pour son bien, comme souvent avec José, on est pas là pour rigoler au risque de s'emmerder un peu. Le porno est lent et progressif, mais il a énormément de jeu sur les points de montage qui rend Les Deux Gouine toujours intéressant à regarder.
Et puis il y a des chansons :


et une musique ajoutée à la truelle qui a son charme, sorte de mélange free jazz/ Krautrock synthétique.

lundi 9 avril 2018

Les Deux Gamines (1980)

La découverte du corps de 2 pensionnaires incarnées par Cathy Stewart et Barbara Moose servent de fil rouge à ce film qui compile de nombreuses scène d'autres films de Claude Pierson :

Après quelques aventures sexuelles, souvenirs d'amour de vacances, les 2 jouvencelles sont prises sous l'aile de l'oncle de Sophie, oncle d'Amérique et donc, s'exprimant avec un bel accent de merde :

Les Deux Gamines est un film assez pénible à suivre car le montage fait comme il peut pour raccrocher les morceaux et la tentative débouche souvent sur de sérieux accidents de rupture, mais c'est tout de même l'occasion de revoir Cathy Stewart toujours aussi à l'aise, de passer un peu de temps en sa compagnie sur l'île Sainte Marguerite et d'entendre quelques chansons, dès l'ouverture, particulièrement niaises :

samedi 7 avril 2018

Deux enfoirés à Saint-Tropez (1985)


Comédie sexy mineure de Max Pécas. On sent la fatigue et ce deux Enfoirés à Saint-Tropez n'a que peu d’intérêt si ce n'est pour la présence, à titre documentaire de Caroline Tresca, dans un rôle assez petite bourgeoise qui cherche à se libérer mais qui a des principes :

C'est peu, c'est lourd. A noter également un échantillon d'accent de merde histoire d'alimenter ce blog :

Pour le reste, c'est mou et frileux. Très dispensable.

vendredi 23 mars 2018

Détournement De Mineur (1983)


Détournement de Mineur alterne abruptement les scènes de film porno de femme en prison:



où manifestement, il faut avoir le cul blindé et le drame porno bourgeois.
Laure, nouvellement incarcérée, se remémore les raisons de son arrivée dans cette dure maison d'arrêt, une méprise avec le mec de sa belle-fille qui permet à son actuel mari mettre la main sur le magot dont elle est propriétaire.
Plus sordide que les scènes se déroulant en prison, on y voit une sombre (au sens misérable mais aussi mal éclairée comme une grande partie du film) partie de baise sur la banquette arrière d'une bagnole sur un parking de boîte. Pensées émues au millions de meufs qui se sont faites dépucelées dans ces conditions à l'époque de la 205 Gti.
En revanche, notre pauvre benêt dont Laure semble s'éprendre, lui, passe son temps à voir les autres s'envoyer en l'air, sans pouvoir à aucun moment, se joindre à l'action. Le Bier en fait même le personnage de toute les attentions, le supposant vierge pour encore bien longtemps.



samedi 27 janvier 2018

Le Destin exécrable de Guillemette Babin (1947)

Un vieux drame historique et rural où Jean Carmet fait une courte apparition. la mère de Guillemette a été brûlée pour sorcellerie sous ses yeux par les villageois. Quelques années plus tard l'adolescente cherche l'absolution...et la trouve :

Seulement, notre Guillemette a peut-être bien effectivement le diable au corps ou au moins à l'esprit. C'est d'ailleurs l'occasion d'une scène de sabbat présentant quelques surprenantes nudités partielles parmi les habitants du village où la fille travaille en tant que servante pour un fermier du coin.
Fruit de son imagination, ou hallucination collective ? Toujours est-il qu'elle finit par céder aux avances de son maître et se mariera avec lui, et profitera de son statut de notable pour abuser de multiples conquêtes. Ce qui ne sera pas sans susciter l'inquiétude et la jalousie de certains :

Le Destin exécrable de Guillemette Babin montre aussi quelques effets de transparence pour quelques transformations (dont la disparition des marques du fouet lorsque l'héroïne passe à la question de l'inquisition locale), trempant un peu dans le fantastique. Mais il faut s'accrocher pour ne pas sombrer avant la fin du film dans tout cela est plat.